L’assistance judiciaire et le concubinage

Télécharger en PDF

ATF 142 III 36 | TF, 17.12.2015, 5A_734/2015*

Faits

Dans une requête en modification du lieu de séjour des enfants d’un couple divorcé, un tribunal d’arrondissement zurichois refuse l’octroi de l’assistance judiciaire demandée par la mère (art. 117 CPC). L’instance supérieure confirme cette décision au motif que la mère vit désormais en concubinage et, puisque cette dernière n’a pas dévoilé la situation financière de son nouveau concubin, le tribunal ne peut pas estimer les revenus et le patrimoine du couple afin de lui octroyer éventuellement l’assistance judiciaire.

La mère saisit le Tribunal fédéral qui doit se déterminer sur l’obligation du concubin de supporter les frais d’un procès intenté par son concubin.

Droit

La jurisprudence a déduit de l’art. 159 al. 2 CC l’obligation pour un époux d’avancer les frais d’un procès intenté par l’autre époux. L’art. 163 CC prévoit également une obligation de soutien d’un époux envers l’autre.

Cependant, de telles obligations n’existent en principe pas dans un concubinage. Le Tribunal fédéral considère également qu’il n’est pas possible d’appliquer par analogie au concubinage les dispositions légales applicables au mariage.

Ainsi, une obligation de solidarité, telle que la prise en charge des coûts d’un procès, ne peut pas être imposée à un concubin sans base légale expresse.

Le tribunal cantonal ne pouvait donc pas refuser l’assistance judiciaire pour le simple motif que la mère n’avait pas dévoilé la situation financière de son concubin. L’autorité inférieure aurait dû uniquement analyser la situation financière de la mère, sans égard à celle de son concubin.

Partant, le recours est admis et la cause est renvoyée à l’instance inférieure pour détermination sur la situation financière de la mère.

Proposition de citation : Célian Hirsch, L’assistance judiciaire et le concubinage, in : www.lawinside.ch/195/